Accueil

dimanche 1 octobre 2017

Sornettes et calembredaines - 1

Cette nuit-là, avec elle, 
il avait pris son pied

dans les barbelés

Parfois l’amour déchire
les chairs


*


18 commentaires:

  1. Cette image ... évocation condensée de l'horreur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et des affres de l'amour...

      Supprimer
  2. Mazette! Verrais-tu dans l'amour un risque concentrationnaire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont que sornettes....

      Supprimer
  3. Sauvage ! Au pire, il existe de bons gels lubrifiants... :-P
    Ben quoi ? c'est pas le sujet ?
    Ok je sors...--->
    ¸¸.•*¨*• 🦋

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lubrique, deviendrais-tu ?
      Alors je sors avec toi..... comme disent les d'jeuns....
      ;-)

      Supprimer
    2. Mon côté Célestoche, en direct du paternel...San Antonio et tutti quanti, ça laisse des traces... ;-)
      Sortir accompagnée par toi, c'est quand tu veux. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ah bon ? Tu rencontrerais Alexandre-Benoît Bérurier ?
      ;-)

      Supprimer
    4. Noooon? Vous aimez Frédéric Dard? Tant de gens le trouvent vulgaire que j'ai peu à peu renoncer à raconter que j'ai quasiment appris à lire avec lui! Ma mère en raffolait et elle avait tous ses romans. Elle les cachait bien sûr mais une souris de sept ou huit ans c'est bien plus malin. Mon préféré restant "Si ma tante en avait" ^^ Frédéric Dard a écrit aussi une merveilleuse biographie :)

      Supprimer
    5. Frédéric Dard a enjolivé ma jeunesse…
      vulgaire ? il faut sans doute être soi-même très vulgaire pour le trouver ainsi.
      Une sorte de Rabelais contemporain plutôt.
      Rien que les titres valaient le déplacement :
      -- concerto pour porte-jarretelles
      -- remet ton slip gondolier
      -- chérie passe-moi tes microbes !
      - - Vol au-dessus d'un nid de cocus
      -- Remouille-moi la compresse
      --- le hareng perd ses plumes
      etc. etc.…
      sans compter tout ce qu'il a pu écrire sous d'autres pseudos…

      On n'en fait plus des comme ça…
      la plupart des romans contemporains français sont ramenés au « tout à l'ego »
      De toute façon, tous les livres qui sortent s'intitulent « roman » même quand c'est de l'autobiographie ou du récit de vie…
      Ce sont les programmes politiques de toutes sortes qui devraient se sous titrer « roman », parce que là au moins c'est vraiment le la fiction pure !

      Supprimer
  4. Super, j'aime beaucoup ce poème... ;)

    RépondreSupprimer
  5. Je l'aime bien aussi ce poème, pourtant, je n'ai aucun goût pour les barbelés. Mais j'aime les images très fortes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poème ! ? C'est beaucoup dire quand même…
      j'avais écrit cela dans un fichier où je mets des petites « bricoles » qui me passent par la tête…
      mais je m'aperçois qu'en associant avec une photo de barbelés… cela donne une autre dimension…

      Supprimer
  6. On le sait bien, que l'amour, ça fait mal...

    Même si ce ne sont que calembredaines (j'adore ce mot, merci !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que des fois… ça pique !
      ;-)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.