Accueil

lundi 27 novembre 2017

Le Destin d’Albertine (La consigne du lundi chez Lakevio)





A partir du tableau proposé, écrire un texte  en prose ou un poème en plaçant judicieusement les dix mots de la liste suivante que vous mettrez en gras dans votre texte.
soierie - excellent - éliminer - explication - tranchant - éclaireur - douçâtre - dominer - effet - hostile

Il n'est pas permis de changer l'orthographe des mots. Impossible donc de les accorder ou de conjuguer les verbes.

———————

Le Destin d’Albertine.


Albertine de Longue-Épée était issue d'une famille qui travaillait dans la soierie depuis au moins huit générations. Elle avait dû dans l'urgence prendre la tête de l'entreprise familiale suite au brusque décès de son père.  Ses concurrents voraces  et cupides se coalisèrent pour tenter de l'éliminer.

Gaétan de Rouge-Macaque, qui fut pourtant un ami du père d'Albertine, fut envoyé en éclaireur pour tenter de s'accaparer l'entreprise à moindre frais. Étant donné qu'il considérait Albertine comme une oie blanche quelque peu douçâtre, il n’aurait donc aucune difficulté à lui faire gober des arguments fallacieux et à user de ses habituels procédés déloyaux, qu'il considérait comme parfaitement justifiés, pour une saine élimination de la concurrence inutile. 
Il avait promis à ses associés : — « Je vais la dominer sans difficulté ».

En effet, Albertine de Longue-Épée ne connaissait rien à la gestion d'une entreprise, et préférait contempler les mûriers, s'imaginant être descendante  la dynastie chinoise des Han, qui se mit à privilégier la soie deux siècles avant notre ère. D'ailleurs n'avait-elle pas les yeux quelque peu bridés ?  Aussi refusa-t-elle toutes les propositions de Gaétan de Rouge-Macaque, et eut même à son égard un comportement hostile.

Il est très difficile de continuer à rendre pérenne une entreprise de soierie avec seulement de la rêverie et la contemplation des mûriers. Aussi l'entreprise ne tarda pas à faire faillite,

 La reconversion d’Albertine de Longue-Épée dans la carotte fut assez difficile pour ne pas dire douloureuse. Elle qui aimait la bave abondante du  Bombyx du mûrier et dérouler les 1500 m de fil de son excellent cocon. En conséquence elle se voyait difficilement opter pour l'élevage de lapins et la culture de la carotte afférente. Elle avait beau tenter de se convaincre et chercher une explication rationnelle à sa situation, elle n'y parvenait pas. 

Albertine décida donc de changer d'orientation et ouvrit un petit restaurant de cuisine coréenne où elle servait principalement des  beondegi, c'est-à-dire des chrysalides de vers à soie préparées à la vapeur parfumée, qu'elle servait à l'aide d'un couteau à double tranchant.

Ainsi s’éteignit la Dynastie de Longue-Épée….



30 commentaires:

  1. On y croirait presque ;) Je viens de lire le résultat de ce même exercice chez "Adrienne". Amusant de mettre les textes en regard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il faut y croire !
      Cette histoire totalement authentique a surgi de mon imaginaire, comme la vérité du fond du puits !

      Supprimer
  2. Je me demande ce qui t'a inspiré les noms de famille de tes protagonistes :-D
    Et, mazette, je salue la performance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui surgit de mon inconscient en ce qui concerne les noms, m'affole parfois !…
      Merci pour ta salutation !
      ;-)

      Supprimer
  3. C'est dommage qu'Albertine n'ait pas pensé à l'élevage de lapins angora. Ca aurait eu plus de gueule. Pouah, manger des vers à soie, quel destin ! Pauvre Albertine, fini le rêve, car, le métier de restaurateur (trice) est bien dur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dur, certes !… Mais elle reste quand même avec ses chrysalides chéries !

      Supprimer
  4. Pauvre Albertine. Passer du rêve à la réalité cruelle de travailler... et puis, pouah, quelle cuisine atroce. A-t'elle eu des amateurs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui ! C'est très prisé !
      Et nous, on mange bien des huîtres !!

      Supprimer
  5. Tu me donneras l'adresse du restaurant... que j'éviterai soigneusement ;-)
    Quelle imagination !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais avec plaisir !
      Toi qui aimes voyager… je suis sûr que tu aimeras cette spécialité locale !
      C'est ici
      https://www.opentable.com/r/167-degrees-f-korean-bbq-auburn

      Supprimer
  6. Des vers à soie cuits à la vapeur...beurk, ce doit être mollasson..servis à l'aide d'un couteau à double tranchant... hi hi...
    Il n'empêche que je salue ton imagination pour cette belle histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tous les goûts sont dans la nature !
      Maintenant, si tu préfères les sardines à la chantilly… tu peux toujours essayer !
      ;-)

      Supprimer
  7. une fois de plus, je salue ta capacité à raconter des histoires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne manquerai pas de transmettre ta salutation à mon imaginaire…
      ;-)

      Supprimer
  8. Le voici l'excellent texte tranchant sur les autres. En effet, assez hostile pour les vers à soie mais il faut dominer et éliminer son appréhension. Je suppose que ces fameux vers couchés sur le lit douceâtre des carottes restent tentants car je vous considère comme un véritable éclaireur en matière culinaire. Je vous remercie de votre explication et je me dois de considérer à présent l'effet suave de ce plat, comme une divine soierie de l'art exotique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est-à-dire que la culture des carottes n'étant pas mon principal désir pour l'avenir…
      Il a bien fallu que j'invente autre chose !

      Supprimer
  9. Les chinois les font plutôt frire!! mais même ainsi!! beurk!!j'ai bien ri en vous lisant! ça fait du bien!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;-))
      Content de vous avoir fait rire !

      Supprimer
  10. Reste à savoir si ce régime convient à notre deuxième cerveau... ;)

    RépondreSupprimer
  11. Elle aurait pu se mettre à l'élevage des lapins, pas les miens, ils sont partis à l'Ile de Ré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ça qu'on appelle un Soie-Ré ?

      Supprimer
  12. J'ai a-do-ré.
    Surtout le Bougon-Macabre...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  13. Triste fin pour une grande dynastie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour du mûrier ne sauve pas tout…

      Supprimer
  14. La dynastie ne se serait-elle pas éteinte aussi même si Adrienne avait continué dans la décoconnerie ? Pardon de cet à-peu-près, mais je n'ai pas su résister !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la décoconnerie .... j'adore !
      :-)

      Supprimer
  15. Elle est connaisseuse cette dame ; la cuisine coréenne est en vogue : sûr qu'elle fera fortune. (Peut-on avoir l'adresse de cet excellent restaurant ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici une excellente adresse :
      https://www.opentable.com/r/167-degrees-f-korean-bbq-auburn
      D'accord, c'est au States mais vous avez un Paris New York pour 350 €
      ;-)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.