Accueil

jeudi 2 novembre 2017

Politique d’aménagement du territoire


Voilà plus de 40 ans que celle-ci est commencée. Dès le choix de la première acquisition, le regard se tourna vers l'avenir. La prospective se présenta comme une démarche rationnelle et indispensable. Il s'agissait d'élaborer un plan d'action de nature évolutive, les scénarios possibles à partir de la situation du moment ainsi que les suites possibles qui ne manqueraient pas d'arriver. Restait à savoir lesquelles et quand.

La première fut la nécessité d'agrandir l'espace résidentiel compte tenu de l'évolution de chacun et des besoins nouveaux qui apparurent dans le domaine des modifications professionnelles qui avaient pu être supposées dès l'origine. Le nombre de mètres carrés bâtit augmenta.

La deuxième nécessité qui se fit jour bien des années plus tard fut l’obligation de transformations extérieures afin de permettre une meilleure qualité d'accès aux mètres carrés construits. Comme disaient les habitants à cette époque-là : « Sinon ça va vraiment être galère ! ». S'en suivirent des opérations de nivellement, d'assainissement, de voirie et autres choses semblables.

La troisième nécessité fut la conséquence des suites d'une chute sur-invalidante qui rendit indispensable le décloisonnement et le recloisonnement de certaines parois verticales de la propriété, ainsi que de repenser totalement les équipements sanitaires.

La quatrième phase eut trait à un certain confort permettant l'accès au jardin sans l'aide d'une tierce personne. Des travaux de terrassement et l'ingéniosité des personnes compétentes fit merveille.

La cinquième nécessité apparut lorsque les changements élaborés à la troisième phase se montrèrent insuffisants en raison du vieillissement général. Le recours à des nouveaux appareillages sophistiqués, électriques, et probablement prochainement robotisés, se révéla indispensable au maintien d'une autonomie honorable.

Nous en sommes là.
Il est évident qu'une sixième phase, dont dont il n'est pas encore possible de  dessiner clairement les contours, se dévoilera un jour ou l'autre. Il faudra alors faire face à de nouveaux aménagements, à moins, bien entendu, que ne soit mis en évidence l'impératif d'aller sur un autre territoire.

Ce sera alors certainement le commencement de la fin.


17 commentaires:

  1. C'est pas évident, mon ami ! Mais il faut tenter de garder le moral......La domotique arrive, cela facilitera les choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois plutôt me réjouir d'avoir été relativement pionnier dans ce qu'il est convenu d'appeler
      « l'homme augmenté »…
      Mais je suis sensible aux sentiments fraternels sous-jacents à ton commentaire…

      Supprimer
  2. et voilà une maison qui évolue, en fonction des besoins de ses habitants: cela s'est fit, lentement mais surement...
    C'est curieux: le "nous" n’apparaît que tout à la fin. Auparavant pas l'ombre d'un ressenti qu'aurait amené une écriture en "je", en "nous". Comme si tu ne voulais pas t'y aventurer (dans le ressenti!) Est-ce voulu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien entendu totalement voulu.
      J'ai même rectifié mon texte pour supprimer le « nous » à la fin.

      Supprimer
  3. Je comprends ô combien! Je t'embrasse. Fort. Très.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu comprendrais…
      Toi, le Paladin (à qui je dédie ce texte) et moi, nous savons très bien ce qu'il en est de « tout cela »…
      je te propose quelques baisers solidaires…

      Supprimer
  4. Charlotte2/11/17

    J'ai l'impression que tu parles de toi de ta maison de ton jardin... Quand tu parles à la fin d'un autre territoire j'imagine des choses qui ne sont pas faciles à oser écrire.
    "Vivre au jour le jour" ou " profiter de l'instant présent" sont des formules qui n'empêchent absolument pas de penser à l'avenir ou de repenser au passé surtout quand les années passent à une vitesse vertigineuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charlotte2/11/17

      Encore une confidence je n'ai pas envie de mourir sans t'avoir un jour rencontré... L'amitié virtuelle , pour moi c'est frustrant. Voilà c'est dit

      Supprimer
    2. L'avenir est une composante de l'instant présent. C'est pour cela que j'ai choisi ce titre. l'aménageur construit ses plans au présent, avec à l'instant même la conscience du déroulé dans le temps.

      Supprimer
  5. Et tout cela avec le vocabulaire et le style "professionnel" qui convient ... Chapeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Ce fut un exercice délicat, mais parfaitement réaliste…

      Supprimer
  6. Anonyme5/11/17

    Il est agréable de penser, tout de même, que l'on puisse rester chez soi, dans un lieu dessiné pour nous et par nous, ou presque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je mesure ma chance à cet égard.
      C'est un bel environnement que j'aime et je sais qu'un jour il sera mon unique périmètre de vie.
      Le plus tard possible évidemment… mais je suis quand même réaliste sur l'échéance prévisible…
      merci pour ce commentaire anonyme inconnu…

      Supprimer
  7. L'adaptabilité est une qualité merveilleuse (que certains voudraient assimiler à la fameuse "flexibilité" qui permet surtout d'abuser des plus faibles)
    Adapter son environnement à ses possibilités devient évidemment très compliqué pour les Handis.
    Et toutes ces phases de ta vie (m^me si tu n'utilises pas le "je" sont émouvantes.
    La dernière phase est sans doute celle qui rapproche le plus les êtres humains, la perte d'autonomie étant quasiment une fatalité...
    Merci de nous rappeler avec pudeur que ta vie est un combat.
    Tendres kisses
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ingéniosité, la créativité, les idées des autres, leur technicité, présente des aspects intéressants, pour ne pas dire passionnant quand au recul des échéances…
      C'est en effet un nouveau mode relationnel qui voit le jour. J'en fais l'expérience avec l'un ou l'autre membre de ma famille ou de mon entourage : ensemble nous innovons et adaptons du matériel préexistant pour le rendre plus performant et plus individualisée à mon cas. Devant certains challenges, des personnes se montrent merveilleuses…

      Supprimer
  8. En marchant ou en courant, nous allons tous dans la même direction. Toutefois, qu'importe le moyen qu'on utilise, nous pouvons prendre notre temps, respirer la vie et s'entourer d'amis... Je te sais entouré et cela est un trésor, l'ami. L'handicap ne tue pas l'être humain, il le confronte et l'élève ; c'est du moins ce dont je suis persuadé. Ta narration, ta lucidité et tes craintes sous-jacentes sont la démonstration de ta volonté, de ton intelligence...
    Respect pour ta dimension d'être humain...
    Sincèrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne puis qu'être sensible à tes propos....

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.