Accueil

lundi 4 décembre 2017

La Marquise (les lundis de Lakevio)





*


"La marquise sortit à cinq heures"...

Il s'agit d'étoffer cette simple phrase pour en faire... toute une histoire !

****
***
**
*






Le Marquis de Castaguène, qui administrait la Province du même nom, située au centre du Royaume  de Dichérifémenplus, du bon Roi Léocafé Premier, ne cessait de déplorer l'attitude de sa femme, que chacun appelait LA Marquise en insistant lourdement sur le LA.

Il faut dire que LA Marquise valait son pesant d’écus d'or. C'était la fille du Chevalier Adadasisi qui s'était couvert de gloire lors de la bataille de Monprécis. Lorsque celle-ci fut présenté au Roi en présence du Marquis, ce dernier tomba follement amoureux de Mademoiselle Adadasisi, qui allait sur ses 14 ans. Le Chevalier qui rêvait d'accéder au titre de Comte et d'obtenir des territoires afférents, sachant l'influence du Marquis de Castaguène auprès du Roi, donna bien évidemment son accord et céda sa fille qui devint Marquise.
On fit moulte ripaille pour célébrer cette union que Mgr l’Évêque bénit devant l’Éternel.

Tout cela aurait pu baigner dans la graisse de bœuf, le suif et la félicité, si LA Marquise s'était montrée capable d'assurer son rang. Certes sa gouvernante et ses précepteurs tentèrent assidûment de lui inculquer les bonnes manières. Certes Monsieur le Marquis ne lésina pas sur la garde-robe pléthorique qui convenait à une marquise du territoire de Castaguène. Il n’en demeura pas moins que Mademoiselle Adadasisi devenu Marquise de Castaguène, avait des comportements de roturière, au mieux d'écuyère mal dégrossie. Il n'y a qu'au lit qu'elle savait satisfaire Monsieur le Marquis plus qu'il n'espérait, par la fougue de sa jeunesse.

Or, il advint que le Légat du Pape se pointa à l'horizon, venu spécialement remettre de l'ordre dans le royaume du bon Roi Léocafé Premier, parce que Sa Sainteté Pie-Pie en avait raz les burettes du relâchement généralisé. 
On avait averti le Marquis de Castaguène qu'il avait intérêt à faire fissa pour apprêter sa Marquise qui, selon la coutume, serait mise à disposition du légat papal dans les appartements privés, afin de faire valoir les charmants arguments de la Couronne et de mettre à nu tous les éléments litigieux. La rencontre devait se dérouler juste avant « vêpres », soit vers la cinquième plombe  de l'aprèm.

Cependant, Madame la Marquise ne l'entendit pas de cette oreille, et pas non plus d'un autre organe, il faut bien le dire. Elle refusa tout de go. Et lorsque le go tique, le courroux du marquis se manifeste. Monsieur le Marquis, qui avait la main leste, dû malheureusement recourir à des arguments frappants. Si bien que lorsque LA Marquise se présenta devant le Légat du Pape, et malgré moulte farine sur le minois, on vit dégouliner un filet de sang au coin de sa lèvre fendue.

— Miracle ! S'écria le Légat. Miracle ! Vite une coupe consacrée que je recueille ce sang divin !

C'est ainsi que la Marquise de Castaguène laissa son nom dans l'histoire à tout jamais. Grâce à elle, et l'assistance efficace de son mari de marquis (ou de son marquis de mari, comme il vous  siéra), le rapport du Légat du Pape au Pape Pie-Pie, fut un éloge à la glorieuse piété de ce Royaume, qui n'avait d'égale que la sainteté et la  virginale beauté sanguinaire de ladite Marquise.


******

Bon d'accord, ce texte est un peu du n'importe quoi !
 Soyez indulgents !
Faut croire que j'avais besoin de me défouler !…

*

30 commentaires:

  1. Du n'importe quoi ? Non ! plutôt un méli-mélo de péripéties qui s'entrecroisent, se nouent (au sens propre), et c'est superbement drôle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une embrouille ... c'est une embrouille…

      Supprimer
  2. ce qui est amusant, c'est qu'il faut prononcer les noms propres à haute voix, pour en détecter toute la saveur!
    j(aime particulièrement: le pape Pie-Pie ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'allais quand même pas l'appeler le pape Pie VII...

      Supprimer
  3. C'est drôle, ça défoule.

    RépondreSupprimer
  4. Le n'importa quoi à du bon.
    On devrait s'y adonner plus souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Sans attendre que cela soit prescrit sur ordonnance…

      Supprimer
  5. J'ai adoré le nom du royaume et le bon roi Leocafé Premier.. hi hi. Du n'importe quoi bien agréable à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les noms c'est un peu : San Antonio sort de ce corps !

      Supprimer
  6. heureusement, le papa pie-pie n'appartenait pas à la génération accro aux histoires de vampires ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce temps-là ils recherchaient le Saint Graal ! ( Pour boire le sang du Christ)
      Est-ce que c'était mieux ?

      Supprimer
  7. Quelle imagination !Effectivement tu t'es bien défoulé.

    RépondreSupprimer
  8. Depuis quand la «fougue de la jeunesse » est un gage d'expertise au lit ?
    Et pourquoi qu'elle se prend une baffe la Marquise en plein débat sur les VFF ?
    (moi aussi je pose des questions auxquelles on n'est pas obligé de répondre)
    Bon à part ce bémol, j'ai vraiment bien aimé les noms propres de cette histoire, et le côté médiéval de l'ensemble...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais on ne débattait pas en ce temps-là…
      on battait ! Tout simplement ! ;-)

      Oui, côté médiéval, c'était juste avant l'amour courtois… alors, pour les femmes c'était plutôt l'amour court vite ! avant qu'il ne soit trop tard…

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je remets mon commentaire corrigé :
      Voici un conte que j'adore, hormis la baffe reçue par la marquise mal dégrossie, enfarinée et miraculeuse. j'ai passé un bon moment de rigolade sur les noms propres et ma foi, ça fait du bien !
      Bravo.

      Supprimer
    2. J'avais pourtant dit au marquis de retirer le gant de son armure et de tenter la persuasion chevaleresque…
      mais que veux-tu, il y a des personnages qui n'en font qu'à leur tête et sont infoutus de suivre les conseils de leur auteur…

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. C'est très drôle (enfin, la femme violentée ne l'est pas... ou plutôt le fait qu'elle soit violentée parce qu'elle est peut-être pleine d'humour cette dame !) En voilà du beau monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en fait une résistante ! Qui ne voulait pas que le prélat du pape abusa d'elle avec son goupillon…
      la reine n'avait-elle pas donner un sage conseil à sa fille pour la nuit de noce :
      — « Vous fermerez les yeux ma fille, et penserez de toutes vos forces à la Couronne britannique »

      Supprimer
  12. Rien que les noms propres m'ont mise en joie! Je m'attendais à un remake de My Fair Lady (passant sur le fait que la gamine était quasi pré-pubère au mariage) et pan! V'là que Pygmalion se transforme en Cantat cogneur mâtiné de maquereau...
    Et la bêtise annoncée de l'église qui décide d'en faire une martyre miraculeuse!
    C'est... c'est épatant!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, en effet : martyre c'est une manière suprême d'accéder à la célébrité éternelle.
      Cantat on oubliera ses chansonnettes, Marie Trintignant demeurera dans le cœur de toutes les femmes et des hommes, à l'exception des violents assumés.
      Et que serait une religion sans martyres: les Blandine, Alberte, Laurence, Maurissette, Catherine, Anne, Adélaïde, Camille, Caroline, Madeleine-Catherine et autres Marie, toutes bienheureuses martyres de nos calendriers… et sans oublier les María Dolores...

      Heureusement que désormais nous avons dans l'État civil les : Cipryne, Clitoune, Nutella, Titeuf, Assédic, Fraise, Zébulon, Ravie, Emjy, Patriste ( autant de noms ayant fait l'objet de procédures judiciaires, parfois looooongues : je te laisse deviner ceux qui ont été admis et ceux qui ont été refusés…)

      Supprimer
    2. Je connais un Zébulon (pas personnellement) enfant grimpeur fils de grimpeur... Il y en a de jolis, dans ta liste, (je te laisse deviner ceux qui m'ont fait m'épanouir de rire). Au Havre, dans les années 80, il y a eu une procédure judiciaire suite à la naissance de jumeaux que les parents avaient décidé d'appeler Starsky et Hutch!

      Supprimer
    3. Ay pays des Ch'tis le patronyme Toulemonde est assez répandu. Certains eurent des jumeaux : Come et Pacome Toulemonde...
      si si ! On les trouve sur le Net !

      Supprimer
  13. Après Pie VII il manquait Pie-Pie: merci de nous le rendre! ;)

    RépondreSupprimer
  14. J'ai adoré ton histoire, beaucoup d'humour et cela fait du bien de pouvoir s'évader dans un tel imaginaire !
    J'ai apprécié le nom de la fille du Chevalier …Adadasisi !
    Après tout le Légat a eu raison… cette femme avait bien défendu sa vertu face à un homme qui voulait la "négocier".
    Agréable moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, je me suis bien amusé en l'écrivant…
      N'empêche, dans l'histoire, combien de femmes ainsi sacrifiées pour la « raison d'État »…

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.